A Colombes, trois grands projets de rénovation urbaine sont menés par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine ou ANRU. Pour améliorer la qualité de vie des Colombiens, l’agence a imposé trois objectifs comme le développement du mélange de différentes classes sociales, la requalification des espaces publics et le désenclavement des quartiers qui seront soumis à un contrat de ville de Colombes.

L’ANRU, l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine

Le Programme national de rénovation urbaine institué par la loi du 1er aout 2003 envisage d’aménager des quartiers fragiles classés dans les Zones urbaines sensibles (ZUS). La prise en charge des 751 ZUS  a été confiée à l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Cette dernière apportera ensuite son soutien financier aux établissements publics, aux organismes privés ou aux collectivités locales qui mènent des opérations d’aménagement urbaines dans les ZUS et dans les quartiers présentant les mêmes difficultés socio-économiques. Dans ces quartiers, l’agence participe à la démolition de logements, à cause de leur vétusté ou pour une meilleure organisation urbaine, à l’aménagement des logements sociaux démolis, à la réhabilitation de logements locatifs ou au développement des équipements publics, incluant la livraison de nombreuses écoles, ainsi qu’à l’amélioration des espaces urbains et à la création de voies délimitant des ilots. Pour le bon fonctionnement social et urbain de la ville de Colombes, l’ANRU exige l’élaboration d’une convention de gestion urbaine de proximité dans les 6 mois en signant la convention du pluriannuelle.

Les grands changements pour la rénovation urbaine

A Colombes, le quartier des Fossés-Jean Bouviers fait l’objet d’une importante opération de rénovation urbaine par l’ANRU. L’objectif de l’agence est d’améliorer la qualité de vie des habitants dans le quartier. Voici un aperçu des différents grands changements menés par l’ANRU dans le quartier des Fossés-Jean Bouviers. Autour du quartier, par exemple, vous pourrez découvrir un nouvel équipement public de logements privés, une station de tramway, du 11 Michelet  réhabilité, le tout lié par une grande place publique. Pour l’amélioration des logements avec des réhabilitations lourdes, les habitants auront la possibilité de profiter du 179 Stalingrad, du 11 Michelet et de la Tour Z mais aussi de résidentialisations de 45 Michelet et 97/99 Michelet.  L’agence a également construit un pôle d’équipements comprenant une médiathèque, un centre social et culturel et des locaux associatifs sur près de 2000 m2, sans oublier la place habituelle du groupe scolaire Jean Jacques Rousseau dans laquelle vous pourrez voir une nouvelle école maternelle et une école élémentaire réhabilitée. Du côté du jardin, les Colombiens bénéficieront d’une nouvelle rue au  Nord de la future place piétonne qui irriguera le quartier et ses nouveaux immeubles. Pour embellir l’emplacement de l’immeuble du 35 rue Michelet, le nouveau square Michelet fera le lien entre le quartier et le parc Caillebotte.

Un contrat de ville, pour qui ?

Le contrat de ville de Colombes a pour objectif, entre autres, d’améliorer la vie courante des personnes qui habitent dans les quartiers de Petit Colombes/ Grèves, du Fossés-Jean Bouviers, du Stade et des Résidences Les Musiciens/ Paul Bert. Les objectifs du contrat s’organisent autour de 3 piliers. Le pilier économique vise à rapprocher les Colombiens du monde économique, leur permettant d’accéder plus facilement à un emploi durable. Le pilier de cohésion sociale consiste à promouvoir la citoyenneté et à lutter contre l’exclusion à tous les âges. Ce pilier promeut la mise en œuvre de dispositifs éducatifs, la prévention de la délinquance ou encore le soutien à la parentalité. Le dernier pilier ou cadre de vie engage les partenaires autour d’une politique de respect des espaces partagés, de renouvellement urbain et d’équilibres sociaux. Si vous avez un projet destiné aux habitants des quartiers prioritaires, vous devez vous inscrire dans les orientations du contrat de ville de Colombes.